Tout savoir sur les cycles de votre sommeil en 5 minutes !


Tout savoir sur les cycles de votre sommeil en 5 minutes !

Avant les avancées scientifiques du début des années 1920, la majorité des scientifiques percevaient le sommeil comme un état passif où le cerveau entrait dans une période d'inactivité complète. On pensait que lorsque la nuit tombait et que les stimuli reçus par nos sens depuis notre environnement diminuaient (lumière et sons), les fonctions cérébrales entraient dans une sorte d'hibernation. On pensait donc que le cerveau « s'éteignait » pendant le sommeil, pour redémarrer au matin, comme le ferait un ordinateur !

Le fait est que nous sommes programmés pour dormir chaque nuit afin de permettre à notre corps et à notre esprit de « se régénérer ». Deux systèmes en interaction (l'horloge biologique interne et l'homéostat veille-sommeil) déterminent en grande partie la synchronisation de nos transitions de l'état de veille à l'état de sommeil, et inversement. Mais que se passe-t-il exactement quand nous nous endormons ?

La phase de sommeil paradoxal

Avant d'entamer le sujet, voici un topo rapide sur les différentes étapes du cycle de sommeil :

La phase 1 est la phase la plus légère du sommeil non paradoxal. Elle implique des mouvements oculaires lents et se caractérise par un sommeil « assoupi », comparable à celui des félins. Cette phase peut-être facilement perturbée puisque vous restez relativement alerte. Les réveils, conscients ou pas, sont légion. Le tonus musculaire baisse progressivement et l'activité des ondes cérébrales commence à ralentir.

La phase 2 : il s'agit de la première étape du sommeil non paradoxal à proprement parler. Les réveils ne se produisent plus aussi facilement qu'au stade 1. Les ondes cérébrales continuent de ralentir avec des bouffées d'activité rapide connues sous le nom de « fuseaux du sommeil »,.

La phase 3 : connue sous l'appellation de sommeil profond non paradoxal, l'étape 3 du sommeil est la plus réparatrice et la plus reposante. Elle consiste en des ondes delta ou en ondes lentes. Les réveils pendant cette phase sont rares, car vous dormez profondément.

Phase 4 : caractérisée par des mouvements rapides des yeux, cette phase est connue sous l'appellation de « sommeil paradoxal ». Les ondes cérébrales sont plus actives qu'aux stades 2 et 3 du sommeil.

La durée « normale » du sommeil varie de 7 à 9 heures chez les adultes, et peut être divisé en deux parties. Pour une majorité de personnes, la première moitié sera dominée par les étapes 2 et 3 avec des périodes sporadiques de phase 1 et de courtes périodes de sommeil paradoxal. À mesure que la nuit avance, l'étape 3 commence à diminuer en proportion tandis que les étapes 1 et 2 subsistent. La phase de sommeil paradoxal gagne progressivement de l'ampleur.

Nous traversons généralement trois à cinq périodes de sommeil paradoxal au cours de la nuit. Si nous nous réveillons « prématurément » à la fin de la période de sommeil paradoxal, nous ferons l'expérience d'une inertie du sommeil au cours de laquelle une sensation de somnolence accrue peut se produire pendant plusieurs minutes, voire plusieurs heures.

Pendant la période de sommeil paradoxal, la respiration devient plus rapide, irrégulière et peu profonde, les yeux « claquent » rapidement et les muscles sont temporairement paralysés. Les ondes cérébrales durant cette phase atteignent les niveaux de l'état d'éveil. La fréquence cardiaque et la pression artérielle augmentent, le corps perd une partie de son aptitude à réguler sa température et les hommes peuvent développer une érection.

Plus d'infos sur le sujet dans le dossier spécial Weeza sur le sommeil paradoxal !

La phase de sommeil profond

Le sommeil profond se produit au stade 3 du sommeil non paradoxal. Les ondes cérébrales au cours de l'étape 3 sont appelées « ondes delta » en raison de leur faible vitesse et de leur grande amplitude. De tous les stades du sommeil, le stade 3 est le plus réparateur et le moins susceptible d'être affecté par des stimuli externes, comme le bruit ou la lumière.

Réveiller une personne d'un sommeil profond peut être difficile. Après une période de privation de sommeil, le corps passe beaucoup de temps au stade 3 du sommeil. Des parasomnies telles que le somnambulisme ou la paralysie du sommeil peuvent se produire à ce stade. Les personnes qui parlent dans leur sommeil le font généralement pendant cette phase, tout comme celles qui urinent involontairement pendant la nuit.

Les mesures qui visent à améliorer la qualité du sommeil doivent d'abord se concentrer sur le sommeil profond. C'est pourquoi les longues siestes sont déconseillées, car si elles atteignent la phase du sommeil profond, vous aurez des difficultés à atteindre cette phase de nouveau pendant la nuit.

Il faut aussi savoir que pendant le sommeil profond, l'hormone de croissance est libérée pour régénérer vos cellules. Votre système immunitaire reprend également des forces. Toutefois, on en sait beaucoup moins aujourd'hui sur le sommeil profond que sur le sommeil paradoxal. C'est peut-être pendant cette étape que le cerveau se régénère également pour « accueillir » de nouvelles données le lendemain.

Le sommeil polyphasique : de quoi parle-t-on ?

On retrouve le sommeil polyphasique chez l'enfant mais aussi chez certains animaux comme les chiens et les chats. Il désigne le fait de dormir peu mais fréquemment sur une plage horaire de 24 heure. Il ne faut pas confondre le sommeil polyphasique avec :

  • Le sommeil biphasique où vous avez deux périodes de sommeil : une plus courte après le déjeuner et une plus longue pendant la nuit ;
  • Le sommeil monophasique, qui correspond à une période de sommeil continu de 6 à 9 heures.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur les origines, les pratiques et les dangers potentiels de cette « approche », consultez le dossier Weeza dédié au sommeil polyphasique !