Combien coûte un (bon) scarificateur ?


Publié par Vincent Catégorie Scarificateur 423 vues
Combien coûte un (bon) scarificateur ?

Les jardiniers en herbe se posent souvent des questions au sujet de la scarification, une opération qu'ils ne découvrent généralement que sur le tard, lorsqu'ils constatent que leur pelouse est minée par la mousse, le feutrage, une épaisse couche de chaume et autres débris l'empêchant de respirer.

Mais combien coûte un scarificateur ? Question légitime, quand on connait le large choix des modèles disponibles dans les magasins de bricolage et sur internet. Le prix est souvent le facteur déterminant quand il s'agit de choisir un scarificateur. Plus de détails sur le sujet avec Weeza !

La scarification : pourquoi, quand et comment ?

Commençons par un petit rappel, pour ceux qui ne sont pas forcément familiers avec la notion de scarification de la pelouse. Il s'agit simplement de retirer les mousses, la couche de chaume et le feutre végétal qui s'installent au fil des années sur le sol de votre jardin ou parcelle de terrain.

La scarification du sol permet de l'aérer, de l'ameublir et de le décompacter. L'absence de scarification a plus impacts : visuel (pelouse terne, rêche et cassante), productif (un sol que l'on ne scarifie pas n'est pas fertile) et sanitaire (un sol que l'on ne scarifie pas au moins une fois dans l'année s'expose à la prolifération bactérienne et aux maladies). En somme, vous dépenserez plusieurs fois plus que le prix du scarificateur pour traiter un sol malade. L'achat d'un scarificateur est donc un investissement rentable.

Quand scarifier une pelouse ?

L'automne est le choix des connaisseurs car, durant cette période, le sursemais de gazon qui résulte de l'opération de scarification a plus de temps pour s'installer durant l'hiver, et aura beaucoup moins de « concurrence » de la part des mauvaises herbes pendant cette période de l'année. Conseil de pro : la pelouse doit être tondue à ras avant de la scarifier, et le sol ne doit être ni trop humide ni trop sec pour une scarification optimale.

Si une deuxième scarification s'avère nécessaire, on vous conseille le début du printemps après les dernières gelées. Si vous souhaitez acquérir un scarificateur, essayez de le faire avant ces deux rendez-vous.

Quel est le scarificateur idéal ?

On sait pourquoi, on sait comment, mais quel est l'appareil de scarification idéal ? Votre choix dépendra de plusieurs facteurs, à commencer par la surface à scarifier. Pour les petits terrains, faisant 100 m² ou moins, nul besoin de puiser dans vos deniers : contentez-vous d'un scarificateur manuel, l'appareil le moins cher du marché.

Pour les terrains de taille intermédiaire (entre 100 et 500 m²), l'appareil idéal reste le scarificateur électrique. Il fera largement l'affaire et présente l'avantage d'être silencieux sans nécessiter beaucoup d'entretien. Il faut savoir qu'un scarificateur électrique à batterie affichera une petite autonomie (moins de 30 minutes en milieu de gamme), tandis qu'un scarificateur électrique câblé nécessitera des prises de courant à proximité.

Au-delà de 500 m², un scarificateur thermique s'impose. Cet appareil fonctionne à l'essence, est plus puissant (mais aussi plus bruyant) que le scarificateur électrique et nécessite plus d'entretien que ce dernier. Mais il a l'avantage d'être extrêmement efficace et d'offrir une plus grande liberté de mouvement.

Le prix dépend du type de scarificateur choisi

Le modèle le moins courant, bien que le plus économique, est bien entendu le scarificateur manuel. Ce dernier ressemble à un râteau et demande, évidemment, un effort assez important pour réaliser une bonne scarification. Il vous demandera beaucoup d'huile de coude, de l'endurance et une certaine force pour réaliser des incisions de plusieurs millimètres de profondeur, mais il devrait faire l'affaire pour des petites superficies.

Le scarificateur électrique est de loin le modèle le plus courant pour des raisons évidentes de praticité. Il est moins cher que le scarificateur thermique, il n'émet pas un bruit intense (moins de 35 db) et ne nécessite pas beaucoup d'entretien. Il fera l'affaire sur un sol entretenu régulièrement sur des surfaces comprises entre 100 et 500 m2, ce qui correspond au besoin de la plupart des utilisateurs.

Le scarificateur thermique est le modèle le plus puissant, et donc le plus couteux. C'est le type de scarificateur pour lequel optent les professionnels de l'entretien des jardins ornementaux et des grands espaces verts. S'il libérera votre pelouse de toute la couche de chaume, du feutrage, de la mousse (grâce à la fonction de démoussage) et des autres débris sans problème, il nécessitera de l'essence et de l'entretien, avec des vidanges régulières et autres changements de filtres et de bougies…

Combien coûtent les scarificateurs ?

Evidemment, les prix dépendent des marques, des gammes, des modèles, des caractéristiques techniques, de la puissance, de la présence d'un bac ou non, de sa contenance, des caractéristiques du guidon, du poids de l'appareil, etc.

Mais globalement, les scarificateurs thermiques sont les modèles les plus chers du marché, avec des prix qui peuvent varier entre 350 et 700 euros sur les modèles destinés aux particuliers, pour atteindre des milliers d'euros pour les machines professionnelles destinées aux grands espaces verts. Cela dit, il existe aussi des scarificateurs thermiques d'entrée de gamme vendus à partir de 250 euros. Si vous ne scarifiez qu'une ou deux fois par an sur une petite superficie, inutile de dépenser autant sur un modèle thermique.

Les scarificateurs électriques conviennent à la majorité des utilisateurs et des besoins. Ils feront l'affaire sur des pelouses de superficie moyenne. Leurs prix débutent, pour les modèles d'entrée de gamme, à 100 ou 150 euros. Plus on monte en gamme, plus les prix atteignent des niveaux des scarificateurs thermiques pour le grand public, soit entre 300 et 600 euros.

A propos du rédacteur

Vincent

Bordelais de 27 ans et touche à tout, je passe mon temps à rédiger des articles sur mes trois passions : la santé, le jardin et le bricolage.