Bernette Sew & Go 8 - Machine à coudre avec pédale, 197 points différents et programmes de couture (points utiles, points élast
Meilleure vente Bernette Sew & Go 8 - Machine à coudre avec pédale, 197 points différents et programmes de couture (points utiles, points élast

L’histoire des machines à coudre de la marque Pfaff


Publié par Camille Catégorie Machine à coudre 434 vues
L’histoire des machines à coudre de la marque Pfaff

L'histoire de Pfaff a commencé avec un entrepreneur en herbe, un certain Georg Michael Pfaff. Il s'agissait d'un artisan luthier spécialisé dans la fabrication d'instruments de musique à vent. Georg Pfaff tenait un petit atelier du côté de Kaiserslautern, en Allemagne, au début de la révolution industrielle qui menaçait son petit commerce.

En 1862, l'artisan décida de diversifier son activité pour faire face à la concurrence, mais aussi pour saisir les nouvelles opportunités que présentait l'émergence d'une classe moyenne dans la région. C'est ainsi qu'il se convertira dans la couture en transformant Pfaff en une marque de machine à coudre !

L'histoire de Pfaff et le tournant du périple américain

Georg Michael Pfaff sonde le terrain pour identifier les besoins les plus pressants, et c'est ainsi qu'il se lancera dans la conception et la fabrication de sa première machine à coudre. Ce modèle est encore visible aujourd'hui au Musée des sciences et de la technologie de Munich. De fil en aiguille, il recrutera des artisans et montera une entreprise spécialisée dans la couture, proposant des machines à coudre certes rudimentaires mais fiables pour les usines de textile et les particuliers fortunés. Le succès de son entreprise lui permet de générer des bénéfices conséquents qu'il réinjecte aussitôt dans le recrutement d'ingénieurs pour expérimenter de nouveaux procédés de fabrication et implémenter de nouvelles fonctionnalités.

Georg Pfaff entend dire que l'industrie de la machine à coudre était autrement plus développée outre-Atlantique. C'est ainsi qu'il envoie son fils aîné aux Etats-Unis le 12 juillet 1876. Le fils Pfaff sillonnera New York puis la Philadelphie, s'imprégnant notamment des nouvelles technologies présentées à l'Exposition mondiale de l'industrie. Pendant ce séjour de deux ans au pays de l'Oncle Sam, le fils Pfaff analyse les usines de fabrication de machines à coudre, de pièces détachées et d'accessoires. Il fait envoyer par bateau des caisses pleines d'outillage, avec notamment des perceuses et des scies universelles, mais aussi des manuscrits détaillant de nouveaux procédés plus efficients.

Ce transfert de technologie change le quotidien de l'usine Pfaff de Kaiserslautern. La firme allemande abandonne la production manuelle des perceuses, des fraiseuses, des raboteuses à vapeur et des machines à coudre pour se lancer dans une vaste politique d'industrialisation. Georg Michael Pfaff ouvre un atelier de machines à coudre à Londres en 1885, avec des équipements modernes et des lignes de production plus sophistiquées. Les usines Pfaff se modernisent à vitesse grand V pendant la fin du 19e siècle, proposant des machines à coudre en phase avec ce qui se faisait aux Etats-Unis.

De 1880 à 1890, l'entreprise emploie quelque 400 travailleurs. Georg Pfaff junior, le deuxième fils du fondateur, prend la direction de l'entreprise après la mort de son père en 1893.

Les machines à coudre Pfaff depuis le 20e siècle

Dans les années 1901 à 1906, l'usine est déplacée dans la périphérie de Kaiserslautern. Pfaff commença à construire des machines-outils pour sa propre production de machines à coudre. La nouvelle usine enrôle désormais plus de 1 000 ouvriers. Les premières machines à coudre industrielles sont fabriquées et vendues en 1907. À partir de 1909, l'entreprise commence à produire des machines pour les particuliers à entraînement par moteur électrique.

En 1910, Georg Pfaff junior présente la millionième machine à coudre Pfaff au Musée d'Histoire de Spire. Au cours de sa cinquantième année d'existence, Pfaff exportait déjà vers 64 pays différents : 34 pays européens, 22 pays africains, sept pays asiatiques ainsi que l'Australie. Georg Pfaff junior mourut en 1917, laissant derrière lui un véritable empire industriel. C'est sa sœur Lina qui prend la direction de l'entreprise.

Lorsque la société a été transformée en société par actions en 1926, sa gestion a été confiée à Karl Pfaff, petit-fils du fondateur. La société employait alors 2 600 personnes et introduit une assurance maladie et vieillesse, une première pour l'époque. L'usine sortait près de 300 machines à coudre par jour. L'assemblage était effectué sur des chaînes de montage à flux direct. La gamme de vente de machines à coudre spéciales à grande vitesse pour l'industrie de l'habillement et de la chaussure est rapidement étendue. Dans les années trente, Karl Pfaff se rend aux États-Unis, en Inde, en Amérique centrale et en Amérique du Sud afin de trouver de nouveaux débouchés. L'Inde et le Brésil deviennent alors les principaux pays d'exportation de la marque.

En 1932, l'entreprise lance une machine à coudre domestique qui sera le best-seller de la décennie. En 1935, la 3 000 000e machine à coudre Pfaff sort de l'usine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la production a considérablement souffert, mais le développement des premières machines à coudre à cycle se poursuit. A partir de 1940, Pfaff travaille au développement de machines à souder les plastiques à chaud. Les premières machines à coudre à cames ont également été introduites à cette époque.

Cible collatérale de bombardements en 1944, l'usine fut reconstruite en un temps record et les activités d'exportation reprirent de plus belle. En 1951, la première machine à coudre portative grand public à bras libre voit le jour. Une année plus tard, Karl Pfaff meurt d'un arrêt cardiaque soudain. En tant que président du conseil d'administration, Hugo Lind prend les rênes de l'entreprise dans une conjoncture économique très favorable.

La toute première sertisseuse industrielle à grande vitesse avec lubrification sous pression est lancée. Pendant le boom des marchés allemands de la chaussure et de l'habillement, la société surperforme. En 1954, la 5 000 000e machine à coudre sort de l'usine. Afin de couvrir les besoins de l'usine en matériel électrique, la société achète l'usine ELTE à Landstuhl en 1956. En 1960, la société G. M. Pfaff AG est introduite à la bourse de Francfort. Un an plus tard, le conseil d'administration donne aux employés la possibilité d'acheter des actions. Les années 1970 et 1980 sont marquées par le lancement de nouvelles gammes, notamment les modèles Tipmatic et Hobbymatic.

En 1997, le groupe SINGER/PFAFF est créé par le rachat de 80,5 % des actions par la filiale de Semitech, Singer. Un programme de restructuration est alors lancé pour externaliser certaines productions en Russie et en Chine. Des machines à coudre industrielles pointues et de haute technologie, ainsi que des composants essentiels et particulièrement sophistiqués étaient encore fabriquées et assemblés avec le savoir-faire du personnel sur le site en Allemagne. Ce mariage ne durera que deux ans.

En conséquence, PFAFF s'est à nouveau concentré sur sa compétence principale : la production et la distribution de machines à coudre et de machines à souder industrielles. Afin d'étendre ses activités en Chine, PFAFF fonde sa propre société à Taicang et reprend toutes les actions de la coentreprise « Shanghai PFAFF-Zoje Machinery Industry Ltd » au milieu des années 2000. Le nouvel actionnaire unique, Joachim Richter, dirige depuis le 16 avril 2009 les activités opérationnelles de la nouvelle société PFAFF Industrieysteme en tant que PDG.

Pour aller plus loin, Weeza vous propose de découvrir le top 3 des machines à coudre signées Pfaff !

A propos du rédacteur

Camille

Curieuse de nature, je parcours le web à la recherche de produits intéressants afin d'en faire profiter la communauté Weeza. Je suis spécialisée dans l'univers de la cuisine, de la beauté et des enfants.