Destructeur Coupe Croisée Leitz IQ Office P4, Jusqu'à 15 feuilles, Corbeille 23L, Blanc, 80030000
Meilleure vente Destructeur Coupe Croisée Leitz IQ Office P4, Jusqu'à 15 feuilles, Corbeille 23L, Blanc, 80030000

Quelle différence entre déchiqueteuse et destructeur de documents ?


Publié par Franck Catégorie Destructeur de document 131 vues
Quelle différence entre déchiqueteuse et destructeur de documents ?

Le vol de données personnelles et l'usurpation d'identité n'ont jamais été aussi d'actualité. Aujourd'hui, il ne s'agit pas simplement de l'utilisation frauduleuse des informations qui figurent sur les cartes de crédit et autres instruments de paiement. Le vol d'identité inclut désormais les numéros de sécurité sociale, l'adresse pour des fins de chantage virtuel et même les dossiers médicaux.

Si elle a fait son entrée dans le monde de l'entreprise depuis au moins un demi-siècle, la destruction de documents investit aujourd'hui nos maisons pour des raisons évidentes de sécurité. Mais avant de choisir votre machine, il faut déjà analyser vos options et évaluer les alternatives au destructeur de documents.

Y a-t-il une différence entre la déchiqueteuse et le destructeur de documents ?

Pour répondre à cette question, il va falloir revenir en arrière pour comprendre la (brève) histoire de la destruction des documents.

Le broyeur de papier, ancêtre de la déchiqueteuse contemporaine

La première machine de destruction des documents a été inventée (virtuellement) par l'abbé Augustus Low de Piercefield, à New York. Le brevet de M. Low portait sur un réceptacle à papier capable, en théorie, de broyer des documents. Déposé le 2 février 1909 puis approuvé le 31 août de la même année, ce brevet ne sera jamais exploité, et cette machine ne sera jamais fabriquée.

En 1935, Adolf Ehinger fabriquera le premier destructeur de documents de l'histoire. Il s'agissait simplement d'une machine à manivelle qui broyait le papier. Il semblerait que la motivation de cet inventeur était de déchiqueter les supports papier qui servaient de vecteurs de communication des mouvements et partis antinazis. C'est d'ici que vient l'appellation de « broyeur » de papier, car il s'agissait littéralement d'une action de broyage, et non de déchiquetage. Aujourd'hui, certains fabricants continuent d'appeler leurs destructeurs de papier des « broyeurs », bien que leur mode opératoire n'implique en aucun cas une action de broyage.

En 1959, la manivelle a finalement été remplacée par un moteur. On restait toujours sur un fonctionnement par broyage, à la différence près qu'il ne fallait plus tourner la manivelle de manière frénétique pour détruire les papiers. Ces broyeurs mécanisés ont rapidement fait leur entrée dans les bureaux gouvernementaux et les établissements de crédit. L'entreprise de M. Ehinger, qui réfute bien entendu les accusations de sympathie envers le régime nazi, fabrique encore aujourd'hui des broyeurs de papier sous le nom de « EBA Krug & Priester GmbH & Co. », du côté de Balingen.

Mais pourquoi avait-on besoin de détruire des documents à cette époque ? Il faut savoir qu'au milieu des années 1980, la Cour Suprême des Etats-Unis d'Amérique s'est penchée sur une question intéressante : les données et les informations faisant office de preuve qui sont saisies sans mandat en faisant les poubelles des accusés peuvent-elles être utilisées devant un tribunal ? Cette question faisait suite à l'affaire « California Vs. Greenwood ».

Il a été déterminé que le quatrième amendement n'interdit pas la perquisition et la saisie sans mandat des ordures laissées pour la collecte à l'extérieur d'une maison. Cette nouvelle préoccupation a déclenché la prise de conscience que les renseignements personnels, jetés, constituaient une menace pour tout un chacun. La Commission fédérale du commerce des États-Unis estime que plus de 9 millions de cas de vol d'identité se produisent chaque année. Aucune étude de ce type n'a été réalisée en France.

Aux Etats-Unis, le gouvernement fédéral recommande aux personnes physiques et morales de se défendre contre le vol d'identité en déchiquetant les documents financiers avant de les jeter. Les lois sur la protection de la vie privée comme la FACTA, la HIPAA et la Gramm-Leach-Bliley Act obligent les entreprises à détruire correctement les documents personnels pour éviter la divulgation non autorisée de renseignements confidentiels ou privés.

Destructeur de documents, déchiqueteuse ou broyeur ?

Revenons à notre histoire d'appellation. En réalité, le broyeur de papier est l'ancêtre de la déchiqueteuse, qui s'emploie à transformer un papier en bandelettes plus ou moins fines (coupe droite) ou en particules ou confettis (coupe croisée). Ensuite, l'appellation « destructeur de documents » est plus générale, puisqu'elle englobe :

  • Le broyeur de papier, inventé dans la première moitié du 20e siècle ;
  • La déchiqueteuse, inventée dans les années 1980 ;
  • Les autres destructeurs de documents et d'objets, qui peuvent par exemple détruire des disques durs externes, des clés USB, des ordinateurs personnels et autres terminaux informatiques pour éviter leur réutilisation.

Quid des alternatives au destructeur de documents ?

Comme vous allez le remarquer, la déchiqueteuse de papier n'a pas vraiment de soucis à se faire, car les solutions de substitution sont inefficaces, dangereuses et/ou peu pratiques :

  • Brûler ses documents confidentiels. A moins d'avoir un poêle à bois ou tout autre foyer de feu, cette solution est dangereuse, polluante et compliquée à mettre en place sur une base quotidienne ou hebdomadaire ;
  • La « mise en pâte » des documents confidentiels, par l'eau de javel dans une grande poubelle résistante. L'eau de javel décompose le papier et détruit l'encre, ce qui rend les documents invisibles. Ici, les risques sont énormes, à la fois pour la personne qui réalise la manipulation que pour les occupants de l'endroit où elle est réalisée ;
  • Faire fondre les documents confidentiels avec de l'acide muriatique. Pour ce faire, vous aurez besoin de lunettes de sécurité, de gants en caoutchouc et d'un grand seau en plastique. Cette méthode est infaillible : vous êtes vraiment sûr que personne ne pourra jamais retrouver et/ou lire ce qui est dans ces documents. Mais là où ça se corse, c'est que les déchets produits doivent être jetés dans un site de déchets toxiques… ce qui n'est pas l'option la plus viable pour un particulier ni même une entreprise.
Destructeur de documents Bien choisir Déchiqueteuse VS destructeur de papiers

A propos du rédacteur

Franck

Fondateur de Weeza, passioné par le monde du Web depuis 2010. Bordelais et fier de l'être, je passe mon temps à chercher les meilleurs produits pour vous :)