Yale YSM/400/EG1 Coffre-Fort Haute Sécurité à Serrure Electronique 100 000 combinaisons (Certifié SKG), A Poser et Sceller | Fo
Meilleure vente Yale YSM/400/EG1 Coffre-Fort Haute Sécurité à Serrure Electronique 100 000 combinaisons (Certifié SKG), A Poser et Sceller | Fo

Zoom sur Fichet-Bauche, marque française de coffres-forts


Publié par Franck Catégorie Coffre fort 176 vues
Zoom sur Fichet-Bauche, marque française de coffres-forts

Fichet-Bauche est une marque de coffres-forts et de chambres fortes d'origine française. Plus largement, la firme propose toutes sortes d'équipements de protection contre l'effraction, les incendies et les catastrophes naturelles à destination des particuliers et des professionnels depuis plus de deux siècles.

Cette marque de coffres-forts est largement vendue et commercialisée en France, en Espagne, au Portugal, en Italie et dans les pays francophones d'Afrique. La firme fait partie du groupe Gunnebo Security basé à Gothenburg, en Suède.

Fichet, des coffres-forts français depuis le début du 19e siècle

Né le 7 février 1799 du côté d'Etrepilly, dans la Seine-et-Marne, Alexandre Fichet ouvre une serrurerie à Paris en 1825 à l'âge de 26 ans. Il dépose son premier brevet en 1829 pour une serrure « haute sécurité » à destination des commerçants parisiens, puis enregistre d'autres brevets en 1834 et 1836, toujours en lien avec la serrurerie de protection pour les magasins qui stockent des objets de valeur.

Peu de temps après, Fichet crée un petit atelier à Paris et lance la conception, la fabrication et la commercialisation de coffres-forts. Il fabrique son tout premier coffre-fort « moderne » en 1840. Il s'agit d'un modèle entièrement en acier utilisant une serrure et une clé de type « Fichet »… un mécanisme encore très célèbre aujourd'hui. La demande dépassant très largement les capacités de l'atelier modeste, Fichet construit une usine à Monceau à Paris, puis une deuxième et une troisième à Lyon et à Marseille.

Fichet meurt en 1862 à l'âge de 63 ans et laisse derrière lui une affaire florissante. Les hommes d'affaires Guénot et Pinot prennent les commandes. En 1879, la société Fichet construit sa première salle des coffres avec des emplacements à louer pour les commerçants, les entreprises et les notables de la capitale. De nouvelles usines sont ouvertes les unes après les autres, notamment à Oust-Marest, dans la Somme, où sont fabriquées des serrures de sécurité à la pointe de la technologie.

À la veille de la Première guerre mondiale, la société en nom collectif Fichet devient une société en commandite simple, et passe sous la direction de Jacques Bournisien et de Marcel Beau. Une usine est créée à Sens en 1917 puis, deux ans plus tard, des succursales sont ouvertes dans le monde entier, notamment en Italie, en Argentine, en Espagne, en Belgique, en Roumanie et au Brésil.

L'entreprise permettait aux commerçants et aux entreprises de sécuriser leur patrimoine, réduisant drastiquement le nombre de cambriolages dans les zones commerçantes et industrielles de Paris. La firme installe son premier réseau d'alarme et de surveillance industrielle en 1926. Après le décès de Bournisien, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise est reprise par l'homme d'affaire Beau, avec l'aide de Nadaud, le mari de l'arrière-arrière-petite-fille d'Alexandre Fichet.

La société Bauche avant la fusion avec Fichet

En 1864, Auguste-Nicolas Bauche, expert en matériaux ignifuges, se lance dans la fabrication de coffres-forts et fonde sa première usine de production à Gueux, près de Reims. En 1867, les ateliers de Gueux deviennent sous-dimensionnés par rapport à la demande. L'usine est alors transférée à Reims avec des ateliers plus modernes, intégrant une avancée technologique inédite à l'époque : un four de cémentation pour le durcissement extrême de la surface de certains aciers.

Cela a permis de faire de grands progrès dans le domaine des coffres-forts de protection. En 1879, Bauche démontre l'efficacité de ses coffres-forts par une démonstration en direct et plusieurs milliers de francs sortent intacts d'un coffre-fort après avoir été soumis au feu à plusieurs reprises. L'invention du coffre-fort « blindé » en 1895 dope la renommée de Bauche de manière impressionnante.

Bauche se développe avec la création d'une usine à Feuquières. En 1914, au début de la première guerre mondiale, l'usine tombe aux mains des Allemands qui, lors de leur retraite en 1918, rasent le bâtiment. Par la suite, les ruines ont été reconstruites et la production ainsi que la recherche ont été relancées.

En 1924, Bauche lance un nouveau test au chalumeau anti-soudure, le point de mire d'une nouvelle technologie qui sera utilisée pendant de nombreuses années. Travaillant pour le ministère de la Défense nationale, l'usine est à nouveau détruite par les Allemands en 1940 et, quatre ans plus tard, elle est partiellement reconstruite pour servir d'atelier de réparation des chars américains. L'entreprise a dû attendre bien après la guerre pour que l'usine soit entièrement reconstruite.

La fusion Fichet-Bauche

En 1967, Fichet et Bauche fusionnent pour multiplier les synergies. La société nouvellement créée, sobrement baptisée Fichet-Bauche, se concentre sur les coffres-forts, les casiers de dépôt, les chambres fortes et les serrures. Le siège social est transféré à Clamart, à Vélizy et, parallèlement, une nouvelle usine est construite à Carignan pour la production de coffres-forts résistants au feu. Le groupe Fichet-Bauche s'est également développé à l'international à la fin des années 1960 et dans les années 1970.

Une usine destinée à la fabrication de portes de chambres fortes et de coffres-forts est construite à Barcelone, et de nouveaux bureaux sont ouverts en Argentine, au Brésil, au Portugal, en Malaisie et à Hong Kong. En décembre 1999, Fichet-Bauche est rachetée par le groupe de sécurité suédois Gunnebo Security.

Avec son usine de Bazancourt, dans la Marne, la société est restée sous son propre nom jusqu'en 2007, date à laquelle elle a « entièrement » fusionné avec Gunnebo, prenant le nom de son entreprise mère, y compris sur le plan commercial. Aujourd'hui, les coffres-forts et les autres équipements de sécurité conçus et fabriqués dans les différentes usines de l'entreprise arborent le nom de marque « Gunnebo ».

A propos du rédacteur

Franck

Fondateur de Weeza, passioné par le monde du Web depuis 2010. Bordelais et fier de l'être, je passe mon temps à chercher les meilleurs produits pour vous :)